10 août

Posté par dans Divers | 8 Commentaires

Enquête: les GoldSellers

Pour mon second article en tant que nouveau rédacteur de T’as Pas 1 po?, je vais vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur, un sujet qui est récurrent dans les conversations touchant à World of Warcraft. Je veux bien sur parler des vendeurs d’or.

Pour le joueur lambda, les golds sellers sont avant tout des « floodeurs », des personnages aux pseudos jamais très recherchés qui polluent le canal commerce des capitales. Pour ce joueur lambda, un simple addon anti-flood permet de pallier ce désagrément.

Mais a contrario, dès que le joueur est un peu plus impliqué dans l’économie du jeu, les effets néfastes des golds farmers et golds sellers se font ressentir. Dégringolade des cours de l’hôtel des ventes, raréfaction des matières premières sur les lieux de farm… Les conséquences de la multiplication de ces personnages pas-vraiment-joueurs sont nombreuses.

Nous avons donc essayé de déterminer quels étaient les facteurs ayant permis l’augmentation de leur nombre sur ces dernières années, qui se cachaient derrière ces vendeurs souvent diabolisés, et les actions entreprises par Blizzard pour endiguer ce fléau.

Part I : Apparition et développement

Apparus dès le début du jeu, l’effet de ces vendeurs ne s’est toutefois fait ressentir qu’avec l’avènement de la période The Burning Crusade. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs :

  • Tout d’abord, le fait qu’avec TBC, les raids sont accessibles à bien plus de guildes  qu’auparavant : moins de joueurs à rassembler, donc organisation plus facile etc.
    Toutefois, tous ces nouveaux raiders ont du s’équiper, se gemmer et s’enchanter, choses qu’ils ne faisaient peut être pas forcément lorsqu’ils ne participaient pas à ces raids durant Vanilla. La demande a donc augmentée de façon exponentielle, et les fournisseurs eurent souvent du mal à répondre à cette nouvelle demande. Je me rappelle combien il était difficile, sur Arathi, de farmer ses minerais et ses plantes… Ce qui nous amène au deuxième point.
  • Blizzard, dès la sortie de TBC, a affiché une nouvelle politique commerciale, qui fait toujours beaucoup parler d’elle : la casualisation.
    Avec son image de jeu pour « hardcore gamerz » qui lui collait à la peau, WoW ciblait un marché de niches, celui des joueurs qui pouvaient se permettre de passer plusieurs heures par jour sur le jeu, les autres joueurs se sentant considérés comme des joueurs de « seconde zone » car n’ayant pas l’accès à tout le contenu du jeu.
    En adoptant sa nouvelle politique, Blizzard espérait conquérir la cible du joueur dit « casu », qui n’a pas énormément de temps à consacrer au jeu, mais qui veut quand même tout voir.

C’est cette cible qui est la principale source de revenus des vendeurs d’or. En effet, par définition, ces joueurs n’ont pas beaucoup de temps à consacrer au jeu. Et lorsqu’ils se connectent, ils veulent pouvoir aller directement à l’essentiel : les raids, le PvP, et non pas le farming.
Toutefois, l’or étant indispensable pour se faire une place dans le jeu, de plus en plus de ces joueurs eurent recours aux services de golds sellers, en considérant que plus que des po, c’était du temps qu’ils achetaient.

Ce phénomène prit de l’ampleur jusqu’à représenter aujourd’hui un marché de plus de 3 milliards de dollars tous jeux confondus (source: Lepost). Autant dire que celui-ci attise les convoitises.

Part II : Qui sont les revendeurs ?

Pour répondre à la demande toujours grandissante des consommateurs d’or virtuel, tout un panel d’acteurs s’est mit en place.

Tout d’abord, il y a les hackers. Nous commencerons par vous parler de ceux-ci de par le côté « fantomatique » et totalement illégal, à l’inverse des autres gold farmers (attention à ne pas confondre illégal et hors charte : les actions illégales sont punies par la loi, tandis que les actions hors charte ne peuvent être punie uniquement par la société éditrice, Blizzard en l’occurrence).
Il existe plusieurs types de hackers : les « faux  hackers » – Faux, parce qu’ils ne correspondent pas à l’image du geek que l’on peut s’en faire, jonglant entre 5 PC et piratant compte sur compte. Non, on parlera de « faux hackers » car ce sont en réalité de simples voleurs qui, par jalousie, par cupidité ou autre, décident de passer à l’acte et de vider le compte d’un de leurs amis qui leur avait un peu vite accordée leur confiance.

Ces cas peuvent sembler marginaux, toutefois ce problème est bien réel, et Blizzard ne cesse de communiquer dessus afin de mettre les utilisateurs en garde quand au partage de comptes. Puis, il y a le « vrai hacker ». Comme vous pouvez vous en doutez, celui-ci, à l’inverse du faux, est une bête d’informatique, un mec rusé qui va utiliser des spybots (logiciels espion) cachés dans des addons ou autres pour vous piéger.
Longtemps considérés comme un réel fléau, leur effets néfastes ont été grandement réduits suite à l’apparition et au succès de l’authenticator.

Enfin, on clôturera la section dédiée aux hackers en parlant de la techniques de « hameçonnage ». Référence à la pêche bien trouvée, car le but pour ces individus est de trouver un poisson (bien que le terme « pigeon » conviendrait tout autant) et de lui extorquer les informations relatives à son compte, afin de le vider de ses po, de le revendre ou de l’utiliser comme compte pour ses BoT, voir les 3 à la fois.
Pour se faire, ils utilisent des adresses emails très similaires à celles utilisées par Blizzard, en demandant à la victime l’adresse du compte, le mot de passe, la réponse à la question secrète etc. La raison évoquée est souvent un problème de propriété qui a besoin d’être réglé. La menace est inhérente à ce genre de courriers, qui existent d’ailleurs tout aussi bien en jeu : fermeture du compte, poursuites légales etc sont les menaces les plus récurrentes, bien que totalement sont fondement et n’étant, bien sur, que du vent.

De l’argent facile pour des joueurs lambda qui revendent leur or excédentaire.

Ensuite, il y a les joueurs lambda qui décident de rentabiliser leur abonnement en commençant, tout d’abord, par revendre leur surplus de fortune à des amis.
Seulement, ces amis ont aussi des amis, qui ont des amis… bref, vous m’avez compris, c’est le cercle vicieux (ou vertueux, selon le côté duquel on se place) : celui qui farmait ses plantes à la main va commencer par acheter un BoT, un de ses petits logiciels robots, de plus en plus perfectionnés, qui font tout à votre place.

Puis, pour répondre à la demande en constante évolution, il va créer ou racheter un deuxième compte, qu’il fera tourner en même temps que le 1er… Et de fil en aiguilles, on se retrouve avec des personnes qui ont totalement délaissé le côté ludique et communautaire du jeu pour se consacrer uniquement à la gestion de leurs dizaines de comptes-robots.

Et le plus étonnant, c’est que certains des plus importants farmers ont une structure légale : souvent une PME, ou une entreprise individuelle, qui sera le support légal de leur activité. Mais cela ne les met pas forcément à l’abris des foudres de Blizzard, et Michael Donnely, le créateur du logiciel Glider, en a fait les frais et a du verser des dommages et intérêts à hauteur de 6 millions de dollars à la société.

Part III : De la main d’œuvre à 100$ par mois

Toutefois, ces entreprises, aussi légales soient-elles, sont souvent synonymes d’abus. En effet, tout le monde a entendu parler du mythe du farmer chinois : ce petit chinois qui va vous piquer vos plantes sous votre nez, qui ne vous répondra jamais quand vous lui demandez plus ou moins poliment de dégager de votre spot de farm, et qui inondera l’hôtel des ventes avec ses matières premières, faisant chuter les cours des prix…

Et bien ces chinois, ils existent. Pour la plupart employés par de grosses sociétés anonymes, ils travaillent plus de dix heures par jour, à ramasser des plantes, des minerais, du cuir, et encore des plantes. Entassés par centaines dans des « entrepôts » à la chaleur infernale, ils continuent de farmer sans se plaindre outre mesure. Et en effet, quand on y regarde de plus près, il n’y a pas de quoi se plaindre. Avec un salaire avoisinant les 100 dollars mensuel, ces fermiers virtuels ont une paie deux fois supérieure à la moyenne nationale. Leurs conditions de travail sont, somme toute, bien meilleures à celles de leurs concitoyens de Foxconn, bref, c’est le pied.

Le mythe du chinois surexploité en prend donc un coup, et on se dit que, finalement, « ben les golds sellers, ils sont pas si méchants ». Si plusieurs reportages très bien faits, donc celui de MTV semble corroborer cette version des faits, le journal anglais The Guardian à récemment mis en avant une autre vision des choses dans un article très récent. Tout de suite, c’est moins sympathique. En effet, selon The Guardian, des gardiens de prison peu scrupuleux n’hésiteraient pas à faire travailler (à l’insu de leur administration ou non, c’est difficile à dire) ces prisonniers plusieurs heures par nuit (après avoir travaillé « légalement » toute la journée bien sur) pour récolter cet or virtuel, le revendre, et s’enrichir personnellement.

Sur les 100.000 golds farmers et golds sellers en activité, il est estimé que 80% d’entre eux sont basés en Chine.

 

Part IV : Les actions engagées par Blizzard

Blizzard ne reste cependant pas inactif en face de ce qui est, pour la société, une insulte à sa vision du jeu. Outre les campagnes de prévention visant à réduire la consommation d’or virtuel, de nombreuses actions sont menées en interne visant à réduire, de façon directe ou indirecte, le nombre de ces golds farmers.

De façon indirecte tout d’abord, en augmentant le nombre de quête journalière, en réduisant le temps de repop des matières premières : aujourd’hui, l’argent est devenu facile dans World of Warcraft : tout le monde est capable de récolter assez rapidement une petite fortune. Toutefois, ce n’est pas cela qui endiguera le fléau des golds sellers : distribuer de l’argent à tout le monde, que ce soit dans un jeu ou dans la vie réelle, n’a jamais rendu personne plus riche. En effet, l’inflation qui s’en suit est d’autant plus importante qu’au final, le pouvoir d’achat reste le même, et le besoin en or des joueurs est inchangé.

De façon directe ensuite : 80% des golds sellers étant basés en Chine, et agissant principalement sur des royaumes Européens ou Américains, il est assez aisé pour Blizzard de les repérer : les adresses IP est leur principale arme. Toutefois, il ne faut pas que les farmers passent par des serveurs proxy, auquel cas tout de suite la recherche de ces IP se complique. Le repérage des BoT est aussi l’une des priorités de la société, les mouvements automatisés (lorsque ce n’est pas un joueur qui guide le personnage) étant interdit. De manière moins scientifique, Blizzard essaie aussi de retrouver la trace des golds sellers en repérant les transactions douteuses : lorsque plusieurs milliers de pièces d’or sont échangées contre un item de qualité inférieure ou autre, une « alarme » retentit pour qu’un MJ pour vérifier la légalité de la transaction. Toutefois, les golds sellers redoublent d’astuces pour échapper à cette alarme (livraison par la banque de guilde etc…).

Enfin, la délation joue un rôle très important dans cette lutte : que ce soit des concurrents jaloux, des joueurs exaspérés qui croisent ces farmers dans leurs spots, c’est l’une des principales sources de bans de comptes de golds farmers.

Mais aujourd’hui, Blizzard traverse une passe difficile : Michael Donnely, le même qui a été contraint par la firme à lui verser une énorme amende, a attaquée celle-ci en justice, estimant que sa charte était « illégale » et que la société elle-même ne la respectait pas. En dehors de la petite querelle personnelle les opposant, il faut savoir que si Michael Donnely gagne son procès, TOUS (oui, TOUS) les comptes ayant été bannis pour achat / vente d’or, utilisation de logiciels robots etc. devront être réouvert par Blizzard.

Nous n’avons pas les chiffres exactes, mais il est certains que ça se compte en dizaines, voir en centaines de milliers de comptes. Si certaines personnes victimes d’injustices pourront avoir la chance de récupérer leur bien, il en sera de même pour les gold farmers, et leur nombre risque d’être démultiplier du jour au lendemain… Affaire à suivre.


Conclusion :

Nous avons essayé de vous présenter le plus clairement possible, et dans en restant autant que possible neutre, le monde du gold farming. Les avis de chacun divergent sur la question, certains prétendant que légaliser la vente d’or et de biens immatériels permettraient de passer plus de temps à « jouer », à réaliser une activité qui nous plait in-game, ainsi qu’à endiguer les méfaits de l’industrie de la production d’or virtuel.
Tandis que leurs opposants estiment que ça dénaturerait le jeu et le rendrait inégal, les personnes ayant les moyens de s’acheter de l’or pouvant devenir plus rapidement plus puissantes. Mais Blizzard reste fidèle à se politique, et n’a pas l’air de vouloir céder à la négociation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on RedditEmail this to someone
  1. Mouai enfin entre ce qu’ils disent devant et ce qu’ils font hein… au final ils sont bien content des abo des chinois, pour preuve il y a encore peu, je requête pour signaler un type que je surveille depuis 1 semaine, et qui depuis ce temps n’a pas déco une seule fois plus de 2min et se trouve bien sur tjr sur zone de farm (revente chaque jour de fleur et minerai), après visu de son lien armurerie on s’aperçois que ce type est mystérieusement passer du level 1 à 85 sans avoir jamais fait 1 seule quête ni donjon, il totalise 200 et quelques points de haut fait seulement, n’a plus rien accomplie en jeu depuis mai (au niveau du tableau évènements récents). J’ai donc fait ma requête pour bot et autre programme de triche et résultat…. Mr est tjr connecté en mode farm…

  2. Sans Les BOT L’hv Serai mort^^ ! 

  3. Article très interressant :)
    J’ai appris pas mal de trucs aujourd’hui ;)

  4. Article très intéressant, j’y ai appris plein de choses (je ne connaissais pas l’ampleur des golds farmer, ni ces techniques de bots etc) :)

  5. Très bon article vraiment intéressant encore une fois ^^ , mais c’est sympa d’avoir des info sur se qui tourne autour du commerce wow mais pas In Game.
     
    Perso acheter des gold j’ai jamais fait , trop peur de me faire chopper par blibli et pis même on est plus content quand on les eu par nous même !

  6. On pourrait avoir une source sur l’histoire des comptes qui seraient tous récupérables avec cette histoire de procès ?
    J’ai rien trouvé sur Google la dessus :(
    Merci ! 

  7. Goldselleur depuis 4ans environ, Wow ets devenu mon outil de travail. Cette enquete est très bien réalisé et correspond parfaitement a la réalité !
    Par contre pour l’histoire des Goldfarmer chinois payer a 100USD c’ets de moins en moins courant, ayant pas mal de contact chinois (faut bien revendre ses golds!) j’ai pu discuter avec plusieurs d’entre eux et ces pratiques sont de moins en moins courante, les joueurs étant remplacer par des Bots privés.
    La pluspart des annonces de vente d’or qui flood votre canal commerce sont aussi de groupe qui font de l’achat revente ! Le marcher des golds c’ets une véritable place boursière ! Pour vous dire je fait moi même quelques « investissement » la dedans pour voir un peut comment ca fonctionne. Les prix qui sont en general assez bas en hiver (beaucoup de joueurs farment leur golds, les prix baissent car la demande chute) montent d’une manière vertigineuse en debut d’été (Les prix sont multipliés par 4 sur certain serveurs !)

  8. Je ne vais pas te blâmer.. juste apporter mon opinion sur ce sujet « délicat ».
    Il n’y a pas de « faux-hacker » ou de « vrai-hacker »
    il y a des hackers tout court et la façon dont ces individus vont s’y prendre ils resteront des hackers.
    Et il y a les autres.. les « ami(e)s » qu’ils soient réels ou pas d’ailleurs
    qui par méchanceté feront souffrir la personne et y trouveront un plaisir malsain là-dedans, pourquoi agisse t-ils comme cela? .. L’ego bien sur.
    Pour ce qui est du reste,
    les entreprises (principalement) en Chine exploitent cette jeunesse perdu dans ce monde de consommation ou le matériel et le virtuel est roi seront,
    les jeunes seront conduit dans ces réseaux pour y travailler dans des conditions plus que difficile voir à la limite du supportable pour un citoyen lambda Français pour une bouchée de pain et paraitre utile dans ce monde et il y a les autres réseaux les plus sombre…
     
    Ces entreprises n’ont absolument aucun soucis juridique ou moral à se faire puisqu’elles travaillent main dans la main avec Blizzard (je persiste et signe) chacun y trouve son compte.. la boucle est bouclée c’est pourquoi Blizzard ne lève pas le moindre petit doigt pour arrêter cela (exemple simple: les milliards de dollars injecter dans les lobbys militaro-industriel pour « les guerres » « sauver un peuple au main d’un dictateur » etc depuis le 11/09/2001 aurait pu éradiquer la faim dans le monde et créer de nouveaux logements, emplois etc… mais non on ne fait rien ce sont les mêmes qui organisent tout ça pour le pouvoir, l’argent tout simplement, l’Afrique restera pauvre et au mains de tout ces lobbys pour exploiter ce sol extrêmement riches, c’est pareil partout et pour tout).
     
    Les rares manœuvres de Blizzard servent à cacher cette triste réalité… fermer 100.000 comptes chinois et oser dirent que c’est une avancer majeure contre ce combat (c’est comme entendre un président d’Amérique ce plaindre pour la drogue alors que la CIA œuvre dans ce trafique et contrôle absolument tout.. qui fournirent encore les armes, la drogues etc.. aux Bloods et Crips pour ne citer qu’eux.. la CIA bien sur)
    Depuis Burning Crusade les petits chinois travaillent, les requêtes pour clôturer leurs comptes sont passer sous le tapis on ferme les yeux et surtout on ne dit rien. C’est pareil pour les logiciels avec licences pour utiliser un BOT d’or, de métiers etc.. Blizzard ramasse de l’argent pour cela également.
     
    Vous l’aurez compris tout et absolument tout est lié et jamais ça ne changera tant que le citoyen (dans ce cas consommateur de jeux) ne fera rien pour changer ça mais c’est à un échelle mondial qui faut le faire et pour tout, il faut tout changer
    ce monde est corrompu contrôler par des dégénérés adorateurs de dieu (donner lui le nom que vous voulez selon votre religion ou autres.. plus communément appeler Satan) bref je m’égare mais quand on pousse les portes on en revient à la même conclusion malheureusement.
     
    Certains ici me prendront pour un parano ou que sais-je encore je n’ai rien à vous prouvez, chacun est libre ici de pensé comme il veut, je terminerais juste par vous encourager si votre esprit n’est pas fermer à ces possibilités de vous posez les bonnes questions de faire vos recherches et d’essayer d’y répondre et pourquoi pas de partager tout ça avec vos frères et sœurs et prenez du recul c’est important on ne le dira jamais assez.
    Quand à moi je dors bien la nuit j’arrive à me regarder dans un miroir le matin
    j’ai les pieds sur terre
    j’essaye tous les jours de faire en sorte d’être positif de donner de l’amour autour de moi et d’aider mon prochain, je ne suis pas religieux juste conscient. :-)
     
    « aide toi, le ciel t’aidera »
    « changer le monde commence déjà par ce changer soi-même » A méditer.
     
    Je vous aime et paix à tous pour ces mois difficiles qui arrivent.
     

Poster un Commentaire